Actualités de l’énergie : Mieux comprendre l’inflation des prix de l’énergie

L’Europe connait actuellement une hausse historique des prix des énergies. Reprise économique post-pandémie, tension sur les approvisionnements en gaz, envolée du marché du carbone, disponibilité du parc de production en France… De nombreux facteurs alimentent cette crise que personne n’aurait pu imaginer il y a encore quelques mois.

Vous pouvez télécharger notre documentation complète sur le sujet en cliquant sur ce lien

Les 10 points essentiels pour comprendre le contexte tarifaire de l’électricité et du gaz

 

1. Hausse de prix exceptionnelle de l’électricité

La reprise économique post pandémie couplée à de nouvelles mesures réglementaires européennes, à la difficulté d’approvisionnement en gaz et à l’arrêt de certaines centrales électro-nucléaires pour maintenance décennale, ont créé une hausse de prix jamais vue jusqu’à aujourd’hui.

2. Contexte particulier du prix du gaz

Depuis l’été 2021, le gaz a subi des hausses de prix récurrentes. La forte demande en Asie, les problèmes d’approvisionnement et le besoin d’importation de 99 % du gaz consommé en France provoquent actuellement un réel « choc gazier ».

3. Réchauffement climatique et CO2

Les nouvelles dispositions européennes mises en place en 2021 pour agir contre le réchauffement climatique ont entrainé une hausse des prix du CO2 . L’augmentation de la production d’électricité à partir du gaz et du charbon ainsi que la réduction des quotas conduisent à un prix du CO2 à 90 € la tonne.

4. Un parc de production électro-nucléaire très sollicité

L’arrêt pour maintenance décennale de certains réacteurs nucléaires nécessite une forte importation d’électricité auprès de nos voisins européens. Ceci accentue encore la hausse des prix de l’électricité.

5. Le Tarif Réglementé de Vente

Pour les entreprises et collectivités, les Tarifs Réglementés de Vente d’électricité ont été supprimés le 1er janvier 2021 pour les sites < 36 kVA et depuis le 1er janvier 2016 pour les sites > 36 kVA. Les entités légales ayant moins de 10 salariés ou un chiffre d’affaires de moins de 2 millions d’euros peuvent toujours bénéficier des Tarifs Réglementés de Vente.

6. Le « bouclier tarifaire » en électricité

Face à la flambée des prix de l’électricité, le gouvernement a mis en place un « bouclier tarifaire » comportant plusieurs mesures significatives ayant pour but de limiter la hausse des factures des particuliers, entreprises et collectivités.

7. Le dispositif ARENH (Accès Régulé à l’Electricité Nucléaire Historique)

Une des mesures prévues par le gouvernement devra permettre de disposer de 20 TWh supplémentaires, soit 120 TWh au global pour 2022, selon des modalités encore à définir.

8. Le marché du gaz

Les Tarifs réglementés de Vente de gaz ne sont plus commercialisés depuis novembre 2019 pour l’ensemble des consommateurs et seront définitivement supprimés le 1er juillet 2023.

9. Le « bouclier tarifaire » en gaz

Le prix du gaz sera bloqué sur toute l’année 2022 ce qui permettra d’endiguer une hausse des prix exceptionnelle. Le bouclier tarifaire ne concerne que les contrats au Tarif Réglementé de Vente et les offres de marché directement indexées à ces tarifs, pour les clients consommant moins de 150 000 KWh/an.

10. Les écogestes pour consommer moins

De nombreuses solutions existent pour optimiser les performances énergétiques et des écogestes simples peuvent être adoptés au quotidien.

 

Électricité : une hausse de prix exceptionnelle

 

Pour comprendre

  • Les prix de l’électricité ont connu une première phase de hausse dès la fin de la période de pandémie liée au COVID, en raison de la reprise économique et du coût des matières premières. Tous les prix des combustibles servant à produire de l’électricité dans le monde (charbon, gaz, pétrole, …) ont augmenté. Sont évoquées alors une reprise de l’inflation « temporaire » ainsi que la présence de goulots d’étranglement dans un certain nombre de secteurs de l’industrie.
  • De manière concomitante, de nouvelles mesures politiques et réglementaires sont prises au niveau européen pour lutter contre le réchauffement climatique (Green deal, Fit for 55). Le carbone (CO2 ), un des premiers gaz à effet de serre, dont le coût était jusqu’alors très faible, voit son prix se renchérir fortement, jusqu’à atteindre des records.
  • À l’automne 2021, les difficultés d’approvisionnement en gaz s’accentuent sur le marché européen, avec les limitations d’import russe et le début des difficultés concernant Nord Stream 2. Ces difficultés s’exacerbent à l’entrée de l’hiver et provoquent un « choc gazier ».
  • Enfin, le parc de production électro-nucléaire français doit subir l’arrêt de centrales pour des raisons de sécurité, au plus mauvais moment, faisant « exploser » les prix de l’électricité à des niveaux jamais atteints ni imaginés possibles jusqu’alors.

Prix de l'électricité

Électricité : une hausse de prix exceptionnelle

Rappel : C’est le coût de production de la dernière centrale de production d’électricité appelée à fournir le dernier MWh permettant l’équilibre (système du « prix marginal ») qui fixe le prix de marché du MWh sur les marchés européens de l’électricité.

 

Gaz : un « choc gazier »

 

Contexte exceptionnel des prix du gaz :

Le marché a connu plusieurs hausses successives depuis l’été 2021 et ce pour différentes raisons, conjoncturelles et structurelles :

  • La forte demande en Asie notamment liée à la reprise économique suite à la pandémie. Cette demande a favorisé l’import de Gaz Naturel Liquéfié vers l’Asie au détriment de l’Europe et a contribué à l’augmentation du prix du gaz naturel au niveau mondial.
  • L’augmentation des réserves de sécurité pour le remplissage des stockages de certains pays européens. Afin de faire face à l’hiver, les stockages européens de gaz doivent être remplis. Les niveaux de remplissage au printemps 2021 étaient déjà très bas en raison d’un hiver 2020-2021 particulièrement froid et long en Europe.
  • Des approvisionnements limités en gaz en Europe ont intensifié les tensions sur le marché : la Norvège et la Russie, principaux fournisseurs de gaz naturel de la France et de l’Europe (via gazoduc) ne peuvent pas augmenter leurs exportations pour répondre à la demande. Le contexte géopolitique avec la crise en Ukraine et l’ouverture retardée du gazoduc « Nordstream 2 » n’a fait qu’exacerber cette situation, qui perdure encore et maintient les prix sous pression.
  • La France importe 99 % du gaz naturel qu’elle consomme et subit donc la hausse des prix observée ces derniers mois sur le marché mondial du gaz naturel.

Prix du gaz en 2021 pour une livraison en 2022 :

2022-07-06_15h51_21

 

Réchauffement climatique et CO2

 

2022-07-06_16h13_43

Les enjeux du prix du CO2

  • Jusqu’en 2020, les acteurs disposaient souvent de plus de quotas alloués que de besoins, rendant le marché peu contraint d’où un prix faible, voire quasi-nul du CO2 <7 €/tonne. Mais de nouvelles dispositions réglementaires ont été mises en place en 2021 au niveau européen pour agir contre le réchauffement climatique, entraînant une hausse du prix du CO2 :
    • Les allocations de quotas vers les acteurs concernés jusqu’alors ont été réduites.
    • Des annonces ont été faites sur un élargissement du dispositif à d’autres secteurs économiques. En raison de la reprise économique, on constate une hausse de la production d’électricité produite à partir de gaz, puis de charbon, obligeant à acheter des quotas de CO2 . Il en résulte une augmentation du prix de ce dernier qui atteint aujourd’hui 90 €/tonne.
  • L’Union Européenne a mis en place depuis 2005 un marché du carbone pour mesurer, contrôler et réduire les émissions de son industrie et de ses producteurs d’électricité.
  • Le marché carbone est une pierre angulaire de la politique énergie-climat européenne. Également nommé système d’échange de quotas d’émissions (Emissions Trading Schemes – ETS), c’est un outil réglementaire devant permettre l’atteinte pour tout ou partie des objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre (GES) déterminés politiquement.

Un parc de production nucléaire très sollicité

  • L’indisponibilité annoncée de plusieurs réacteurs de centrales entraine des besoins de substitution pour répondre à la demande en électricité.
  • Ce sont ainsi des records d’importation de nos voisins européens qui ont été battus en fin d’année, avec le fonctionnement à plein de centrales au charbon, gaz et fioul.
  • Ajoutées à la hausse de prix des combustibles - dont le gaz avec un risque d’approvisionnement supplémentaire dû à la situation géopolitique - et du prix du carbone, l’indisponibilité des réacteurs met sous tension l’équilibre entre la production et la consommation d’électricité, accentuant encore plus les facteurs de hausse des prix.
2022-07-06_16h30_34

 

Plus d'informations sur le bouclier tarifaire en électricité et en gaz ici

/Actualités de l’énergie : Mieux comprendre l’inflation des prix de l’énergie